Audi, BMW et Mercedes: les monstres sacrés du premium (Page 1) / Un brin de causette / Forum-audi.com

Le forum 100% non officiel et indépendant des passionnés Audi

Vous n'êtes pas identifié(e).     

Annonce



#1 26-11-2016 15:07:33

Audi-Tech
Rédacteur
Inscription : 25-01-2014
Messages : 2 352

Audi, BMW et Mercedes: les monstres sacrés du premium

AUDI, MERCEDES et BMW doivent leur succès à cette concurrence permanence qui les pousse à se dépasser et aller au-delà des espérances des consommateurs au point où, avec le temps, la relation entre ces trois géants relève plus d’une stratégie commerciale plutôt que d’un jeu de concurrence. Si à priori, ces constructeurs donnent l’impression d’être de farouches rivaux, ce qui les unit est beaucoup plus fort que ce qui les oppose. Ils sont nés de la passion d’hommes qui ont tout donné pour voir leurs ambitions prendre corps. La révolution industrielle de la fin du 19e siècle a été un terreau pour cette classe émergente d’inventeurs. C’est des parcours des plus antagonistes d’hommes comme Karl Benz, Gottlieb Daimler August Horch, Karl Freidrich Rapp et Gustav Otto que naquirent les plus grandes puissances de l’histoire de l’automobile allemande.

BMW-1

MERCEDES-BENZ: du tâtonnement à la révélation

Malgré la faillite de son entreprise en 1877, Karl Benz conserva sa passion pour la locomotion mécanique. C’est elle qui lui permit d’aboutir à la création du premier tricycle de l’histoire en 1885. Au cours de la même année de son côté, Daimler, qui s’était spécialisé dans la fabrication de locomotive monta avec son associé  Wilhem Maybach sa première motocyclette. Les deux années de réticence de Benz  poussèrent sa femme à révéler au monde le fameux tricycle grâce à un parcours de 100 km. Son audace paya et grâce à ce coup de force, Benz eut assez d’investisseurs pour débuter la production de 25 exemplaires de son tricycle qu’il commercialisa à partir de 1888. En cette même année, Daimler et Wilhem créèrent leur première automobile et la présentèrent à l’Exposition universelle de Paris, mais, ce fut plutôt  leur réputation de constructeur de moteur qui fit leur succès à cette occasion au point d’intéresser des constructeurs comme le français Armant Peugeot, le fondateur de la célèbre marque Peugeot.   Pris de court par le succès de leurs moteurs, les deux associés perdirent de vue la construction des autos. C’est bousculé par leur actionnaire qu’ils décidèrent de se lancer franchement dans la production automobile en 1895. C’est à ce moment que leur réputation prit forme.

BMW-2

La production  Daimler attira l’attention du Consul général d’Autriche à Berlin Jellinek. Cet homme, passionné de voiture de sport, commanda une auto sportive à Daimler avec laquelle il participa personnellement à un tournoi de course. Suite aux nombreuses victoires de cette auto 12 chevaux, vraie furie à l’époque,  Jellinek la baptisa du prénom de sa fille de 11 ans « Mercedes ». Très vite, la machine de production est mise en marche. Jellinek, devenu désormais distributeur, passe commande de 36 exemplaires d’une auto plus performante à la condition que le nom « Mercedes » soit greffé à toutes les voitures. Condition respectée. Malheureusement en 1900, Jellinek meurt en laissant derrière lui une entreprise florissante. Cet événement tragique boosta davantage les ventes de Mercedes à partir de 1901 au point même d’éclipser le nom Daimler. Face à un tel engouement, l’héritage de Jellinek, la marque « MERCEDES » fut déposée en 1902, devenant la principale concurrence de BENZ, qui entre-temps était devenu le plus grand constructeur du monde avec ses 603 exemplaires.

Mercedes-1

AUDI et BMW : Aux grands hommes, la valeur n’attend point le nombre d’années

Inspiré par le parcours de Benz, pour qui il a travaillé de nombreuses années, August Horch se lance, lui aussi, dans l’aventure automobile en créant A. Horch & Co. L’entreprise, qui se spécialisa dans la production des véhicules haut de gamme, se positionna très vite, profitant de l’engouement à l’époque pour les voitures de luxe. En dépit de ce succès de renom, c’est de l’intérieur que viendra la cassure. Horch quitta A. Horch et Co et créa A. Horch Automobil Werk. Il n’était pas au bout de sa peine, car une bataille juridique avec ses ex-associés sur l’appellation de sa nouvelle entreprise le poussa à changer le nom. Ne voulant s’éloigner de son patronyme, il trouva le moyen de le faire retranscrire dans la nouvelle appellation qui fut désormais « AUDI Automobil Werke », AUDI étant une transcription latine de son patronyme « Horch » qui en allemand signifie « entendre ou écouter ». L’entreprise fait, pour ainsi dire, très vite « entendre » parler d’elle et l’écho n’en est que plus retentissant. En 1912, ce sont des AUDI qui remportèrent la Coupe des Alpes. Une réputation de sportive de haut niveau se dessine pour la marque.

Audi-1

La même année, précisément en février 1912, Karl Rapp fonde son entreprise de production d’aéronefs. Le succès mitigé poussa l’homme à créer à la place une entreprise spécialisée en moteurs dont la plupart étaient destinés à l’aviation. Cette fois-ci, c’est le succès immédiat.  Gustave OTTO, qui avait créé deux ans plus tôt une entreprise de fabrication aussi bien de moteur d’avion que d’avions, se lança lui aussi en 1912 dans une nouvelle société de construction d’avions de chasse. Alors que la Première Guerre mondiale mettait à mal les économies de Benz, de Mercedes et Audi, OTTO et RAPP s’enrichissaient en vendant leurs productions au profit de l’effort de guerre au point de fusionner en mars 1916 pour devenir la BAYERISHE FLUGZEUGWERKE WERKE (BFW) (fabrique munichoise d’avions en français) puis BAYERISHE MOTOREN WERKE (BMW) en 1917 suite à de fortes tensions internes. Avec cette nouvelle entreprise naquit le logo en hélice aux couleurs de Munich de la marque.

Audi-2

MERCEDES-BENZ, AUDI et BMW : le temps des tumultes

La 1re guerre mondiale porte un coup de massue  à BENZ, MERCEDES et AUDI qui étaient bien partis pour réussir. En effet, pendant et au lendemain de la guerre, l’économie européenne était des plus fragiles. Les différentes marques avaient dû cesser leurs productions en raison de la crise économique. C’est à partir de ce moment que BMW commença à sentir les effets de la crise, laquelle fut renforcée par les clauses militaires du traité de Versailles. Face à l’impasse d’interdiction de fabrication de tout matériel de guerre en Allemagne,  BMW se voit contraint de se reconvertir dans le domaine civil. Le constructeur commence par les moteurs de bateau, de train, de camions et même de machines à usage industriel puis se penche vers la production de moto dont le premier prototype vit le jour en 1920. Les modèles s’enchainent et débouchent en 1922 sur la BMW R32 puis sur la R37 en 1924.

Audi-3

Alors que BMW semble s’être vite relevé, BENZ et MERCEDES étaient encore à la traine. Face à l’impasse, les deux anciens maitres du marché de l’automobile décidèrent de fusionner tout en conservant l’identité des deux marques sur les voitures: la calandre en V  des Benz surmontée de l’étoile Daimler. Si l’accord fut signé en 1924, c’est seulement en 1926 qu’il prit effet. Malgré tout, il a fallu 4 ans à la désormais Mercedes-Benz pour recommencer à briller. Le  constructeur se lança dans la production de voitures de luxe qu’il fit participer à des tournois de course à grande vitesse, succès à la clé.

Plus touché par la guerre, AUDI est rachetée en 1928 par DKW, mais la stratégie ne fut pas payante en raison de la crise économique de 1929 qui les obligea à fusionner de nouveau avec deux autres constructeurs et à se muer en AUTO UNION. Très vite cette nouvelle devient le deuxième plus grand constructeur auto derrière Mercedes-Benz.
Entre temps, BMW s’est lancée dans l’automobile. L’aventure démarre par le rachat de la marque DIXI en 1928 avant de rompre en 1932 pour mieux se lancer toute seule. En 1936, elle lance sa gamme 326 puis la 328.

BMW-3

Le parcours des plus grands : des ténèbres à la lumière

Les succès des 3 constructeurs connurent encore un grand revers avec la Seconde Guerre mondiale. Cette fois, Mercedes-Benz fut la première à se relever. Déjà en 1946, elle produisait de petites berlines 170 puis passa en 1951 aux berlines 6 cylindres. Mais c’est avec la gamme 180/190 que la marque retrouva ses lettres de noblesse. Elle dut son succès à l’essor du marché nord-américain, mais aussi à l’audace de ses actionnaires qui ont su prendre des risques en explorant d’autres sentiers.

BMW commença une timide relance en 1948 avec la production de motos puis d’automobiles de luxe en 1951. Dans ce contexte économique mondial fragilisé, BMW, voulant redorer trop vite son blason, prit des risques avec ses voitures de luxe BMW V8. La stratégie lui couta cher et le constructeur dut se résoudre à produire des voitures moyennes de gamme dont la célèbre ISETTA, mais là encore, une erreur d’évaluation enfonça davantage la marque dans le gouffre. C’est l’intérêt d’un groupe d’investisseurs pour la marque qui permit à celle-ci de se lever pour ne plus jamais flancher avec en 1962 la BMW 1500.

Mercedes-2

Auto Union qui une fois de plus ne s’en remit pas aussi bien que les deux autres fut rachetée par Mercedes-Benz qui, plus tard, céda ses parts à Volkswagen en 1965. Ce dernier relança la marque AUDI au détriment d’AUTO UNION avec le fameux AUDI QUATTRO en 1980. Ces trois marques ont connu une évolution dans le même espace temporel.


Forum-audi.com

Hors Ligne

Annonce



#2 29-11-2016 22:31:57

DaddyKool
Administrateur
Inscription : 05-01-2014
Messages : 1 359
Site Web

Re : Audi, BMW et Mercedes: les monstres sacrés du premium

Merci pour ce beau sujet sur les 3 grandes marques premium allemandes: Audi, BMW et Mercedes smile


Forum-audi.com

Hors Ligne

Annonce



Pied de page des forums


Les liens utiles

Pièces Auto

Audi France

Sites généralistes

Pneumatiques & Suspensions