[Boîtes automatiques 09L, 0AT, 0B6, 0BQ & 09E] Adaptation de la boite (Page 1) / Boite de vitesses Audi / Forum-audi.com

Le forum 100% non officiel et indépendant des passionnés Audi

Vous n'êtes pas identifié(e).     

Annonce



#1 13-03-2016 15:02:47

Audi-Tech
Rédacteur
Inscription : 25-01-2014
Messages : 2 248

[Boîtes automatiques 09L, 0AT, 0B6, 0BQ & 09E] Adaptation de la boite

Adaptation de la boîte


Introduction - notions de base

Ce qui importe pour une bonne qualité constante du passage des vitesses, c’est non seulement la conception, mais aussi la commande précise des éléments de commutation. Pour maintenir la qualité de passage des rapports à un niveau élevé constant pendant toute la durée de vie de la boîte, il faut adapter en permanence divers paramètres de commande et de régulation et mémoriser les valeurs d’adaptation calculées. Ce processus d’apprentissage est appelé « adaptation ».
L’objectif de l’adaptation de la boîte est de compenser les écarts de série (tolérances de fabrication) des composants de la boîte et leur altération durant tout le cycle de vie de la boîte.
Les valeurs d’adaptation jouent le rôle de valeurs de correction (« offsets ») et sont ajoutées aux/soustraites des valeurs fixes mémoriséesdans le calculateur de boîte (valeurs appliquées)

adaptation.png

La figure présente le principe de l’adaptation. Dans cet exemple, il a été défini par adaptation que la valeur fixe mémorisée dans le calculateur (valeur appliquée) est trop élevée.
La valeur de correction calculée est alors soustraite de la valeur appliquée. Il en résulte une nouvelle valeur de pilotage de l’embrayage

Facteurs d’influence mécaniques et hydrauliques:

Les éléments de commutation sont actionnés hydrauliquement. Pour cela, il faut tenir compte des caractéristiques des vannes de commande électriques et mécaniques. Des résistances, dues à la friction mécanique des pièces, ainsi que la force des ressorts de rappel des pistons, doivent être surmontées. En outre, il faut tenir compte du remplissage de l’ensemble des canaux, conduites et chambres de cylindres ainsi que du jeu entre garniture d’embrayage et volant moteur. Tout cela influe déjà sur le déroulement du passage des rapports. S’y ajoutent les paramètres des différents éléments de commutation, dont dépend le couple d’embrayage (MK). Paramètres des éléments de commutation
–Type
– Pression d’application (pression de l’embrayage)
– Coefficient de frottement
Le typedétermine le diamètre moyen des surfaces de friction (dm) et le nombre de surfaces de friction (n). Le type est défini lors de la conception et est donc constant.
La pression d’application(FN) est définie par la pression de l’embrayage. La pression de l’embrayage est un paramètre variable servant à la commande du couple d’embrayage.
Le coefficient de frottement(μ) est le paramètre qui varie constamment durant la marche et la durée de vie de la boîte. Le coefficient de frottement est un paramètre variable, dépendant des facteurs d’influence suivants :
– des garnitures de friction (matériau, exécution, qualité, vieillissement et usure)
– de l’ATF (exécution, qualité,vieillissement et usure)
– de la température d’ATF
– de la température de l’embrayage
– du patinage de l’embrayage
Afin de pouvoir piloter ou régler les embrayages aussi confortablement dans tous les états de service et durant toute la durée de vie, il faut notamment, en plus des facteurs d’influence précités, compenser la variation du coefficient de frottement.
La pression de l’embrayage revêt ici une grande importance car ces variations peuvent être compensées par son adaptation.

Pression de l’embrayage:

La pression de l’embrayage présente un rapport défini avec le courant de commande de l’électrovanne de pression considérée (vanne EDS).
Le rapport entre la pression de l’embrayage et le courant de commande est défini dès la conception par les caractéristiques de la vanne EDS et des distributeurs (tiroirs) de commande.

Remarque :
La vanne EDS génère, au moyen d’un courant de commande défini, une pression de commande correspondante. Cette pression de commande agit sur un tiroir, qui génère à son tour la pression de pilotage de l’embrayage (pression de l’embrayage). Un couple d’embrayage résulte à son tour de la pression de l’embrayage.
Pour pouvoir piloter avec précision un couple d’embrayage constant, le calculateur de boîte doit apprendre constamment le rapport entre courant de commande et couple d’embrayage (adaptation).
Le couple d’embrayage est calculé à partir du couple moteur (information du calculateur du moteur) et d’un patinage défini de l’embrayage via le transmetteur de régime d’entrée de boîte de vitesses G182.

Remarque:
Le rapport des paramètres pression d’application, coefficient de frottement et type doit toujours être défini pour transmettre un couple d’embrayage donné.
Ce rapport de base est illustré par la formule ci contre :

equation.jpg


Déroulement du passage des vitesses lors d’un passage au rapport supérieur en traction:

traction.png


Déroulement du passage des rapports:
Pour pouvoir mieux comprendre l’adaptation, il faut connaître le déroulement de base de la commande des vitesses. Considérons, à titre d’exemple, un passage type au rapport supérieur en traction.
Le passage au rapport supérieur en traction présenté à
la figure 385_038 sert d’exemple pour toutes les vitesses. Il s’agit d’un passage de rapport à recouvrement partiel.
Un passage de rapport à recouvrement partiel signifie que l’embrayage transmettant la force maintient le couple à une pression déjà réduite jusqu’à ce que l’embrayage qui s’enclenche en assure la reprise.
Pour pouvoir réaliser un passage confortable du rapport tout en ménageant les embrayages, le couple moteur est réduit durant le recouvrement et l’embrayage de prise directe est ouvert.
La figure 385_038 présente les trois phases A, B et C, au cours desquelles des adaptations on lieu.
A Le temps de remplissage rapide et la pression de remplissage sont adaptés durant le préremplissage
B La pression de passage des rapports est adaptée durant le recouvrement partiel
C La pression de maintien est adaptée durant la phase de maintien

Explication / définition des termes :
Le préremplissagesert à la préparation de l’embrayage pour le passage de rapport imminent et est décisif pour une bonne qualité de passage des rapports.
Le préremplissage est constitué par le temps de remplissage rapide et la pression de remplissage et élimine le jeu de l’embrayage et une certaine élasticité dans les éléments de commutation. Cela permet une intervention définie de l’embrayage et augmente la spontanéité des passages des rapports.
Le temps de remplissage rapide(remplissage rapide) est la première étape du passage du rapport. Durant le temps de remplissage rapide, une pression élevée st brièvement appliquée aux éléments de commutation (env. 100 à 150 ms), en vue du remplissage rapide des canaux hydrauliques et des cylindres d’embrayage.
La pression de remplissage est la pression requise pour comprimer suffisamment l’empilage de disques pour que l’embrayage vienne en appui, sans transmettre de couple notable. La pression de remplissage a pour objectif de « précontraindre » l’embrayage, pour qu’il puisse immédiatement reprendre un couple lors de l’augmentation de pression consécutive. La pression de remplissage est la base de toutes les autres pressions du passage des rapports. Une pression de remplissage correcte est particulièrement importante lors de passages de rapports à faible charge du moteur.
La pression de passage des rapportsest la pression agissant durant le recouvrement partiel (phase de glissement). La pression de maintienest la pression nécessaire pour maintenir l’embrayage fermé en toute sécurité



Suivant le type d’adaptation et l’élément de commutation à adapter, différents états de roulage et conditions de service doivent être prépondérants. Pour ce faire, des conditions d’adaptation sont définies pour chaque adaptation.
L’adaptation ne peut avoir lieu que si les conditions d’adaptation définies considérées sont remplies.
Voici une liste des critères dont il faut tenir compte lors de l’adaptation* :
– L’ATF doit s’inscrire dans une plage de température définie.
– Rapport ou commutation définis.
– La charge du moteur doit s’inscrire dans une plage définie. En règle générale, on requiert une très faible charge du moteur ou un faible actionnement de l’accélérateur.
– Aucun défaut ne doit être mémorisé dans le calculateur de boîte.
– Un état de roulage donné doit être prépondérant (par ex. traction ou décélération, un mode de marche constant, véhicule à l’arrêt au régime de ralenti du moteur, etc.).
– De bonnes conditions routières, une chaussée d’aussi bonne qualité que possible, pas de montée ni de descente importante, régularité de la route.
* De plus amples informations sur les conditions d’adaptation sont fournies dans les descriptions des différentes adaptations.
L’adaptation du préremplissage ...
... (pression de remplissage et temps de remplissage rapide) adapte le jeu de l’embrayage et la résistance que présente l’embrayage jusqu’à ce que l’empilage vienne en appui mais sans transmettre de couple notable.
... peut être vérifiée et évaluée à l’aide du contrôleur de diagnostic - cf. à partir de la page 60.
... s’effectue par adaptation impulsionnelle - cf. page 68.
L’adaptation de la pression de passage des rapports ...
... se base sur l’observation de la variation du régime d’entrée de boîte (gradient de régime) durant le passage du rapport. Exemple : dans le cas d’un passage de rapport trop dur (passageinconfortable du rapport), le régime chute trop vite (forte pente de gradient de régime). L’adaptation le détecte via les gradients de régime et réduit lors du passage de rapport suivant la pression de l’embrayage d’une valeur définie (valeur d’adaptation). Ce type d’adaptation a essentiellement lieu lors de l’adaptation rapide (cf. page 70).
L’adaptation de la pression de maintien ...
... se base en règle générale sur des calculs effectués à l’aide des valeurs définies lors de l’adaptation de la pression de remplissage et de la pression de passage des rapports.

*Nota :
Une lecture de l’adaptation des pressions de passage des rapports et de maintien à l’aide des contrôleurs de diagnostic n’est pas possible. Ces pressions ne font donc l’objet d’aucun traitement supplémentaire. Lors de l’effacement des valeurs d’adaptation, ces adaptations sont elles aussi effacées.


* Remarque
Si les conditions d’adaptation ne sont pas réalisées, par exemple parce que le conducteur utilise toujours le
véhicule en dehors des conditions d’adaptation, une adaptation suffisante de la boîte n’est pas possible.
Une adaptation insuffisante de la boîte peut être à l’origine de réclamations relatives à la qualité du passage
des rapports. Elle peut par exemple ne se manifester que lors d’un passage de rapport donné ou bien concerner
différentes commutations.
L’adaptation exerce une influence relativement grande sur les passages de rapports à faible charge du moteur,
lors de passages des rapports effectués lorsque l’on achève de rouler sur sa lancée ou en décélération.



Particularités de l’adaptation:

Un état d’adaptation donné de la boîte ne s’établit qu’au bout d’une période de fonctionnement prolongée.
Une autre particularité de l’adaptation est que, plus la fréquence d’adaptation augmente, plus l’aptitude à l’adaptation diminue. Cela signifie que, sur une boîte avec un faible nombre d’adaptations effectuées (en raison par exemple
d’un faible kilométrage) ou sur laquelle les valeurs d’adaptation ont été effacées, la fréquence d’adaptation est très
élevée. Par contre, dans le cas d’une boîte sur laquelle denombreuses adaptations ont déjà été effectuées (par ex.
kilométrage important), l’adaptation n’a plus lieu qu’à intervalles éloignés.

Lecture / évaluation / effacement des valeurs d’adaptation

À partir du millésime 06, il est possible, sur les boîtes automatiques à 6 rapports 09E et 09L, de lire et d’effacer les valeurs d’adaptation à l’aide du contrôleur de diagnostic. Sur les boîtes 0AT, 0B6 et 0BQ, cela est systématiquement réalisable car leur mise en service est ultérieure au millésime 06.
Les thèmes suivants se proposent de vous fournir des renseignements sur l’adaptation de la boîte et des informations en vue d’une meilleure compréhension des opérations :
Lecture / effacement / évaluation des valeurs d’adaptation
Répercussions des valeurs d’adaptation
Principes d’adaptation
Conditions d’adaptation
Cycles d’adaptation
Seuils d’adaptation / interprétation
Parcours d’adaptation

*Nota
Avant d’effacer les valeurs d’adaptation, il faut toujours veiller à évaluer et documenter les valeurs d’adaptation existantes. Les anciennes valeurs d’adaptation peuvent renseigner sur l’état des différents embrayages et être très utiles pour définir la marche à suivre ultérieure. La documentation des valeurs d’adaptation facilite la recherche de l’origine de la réclamation.
Après effacement des valeurs d’adaptation, il faut, à l’aide des fonctions assistées ou de l’assistant de dépannage, procéder à un parcours d’adaptation. Si le parcours d’adaptation ne peut pas être effectué pour des raisons quelconques, il faut dans tous les cas effectuer un long parcours d’essai.
Veiller ce faisant à respecter autant que possible les conditions d’adaptation  et à apprécier la qualité de commutation pour chaque passage de rapport. Si certaines commutations sont nettement perceptibles, il est possible de procéder à une adaptation ciblée des éléments de commutation considérés.


Quand faut-il lire / évaluer / effacer les valeurs d’adaptation et effectuer un parcours d’adaptation ?
– en cas de réclamations relatives au confort de passage des rapports
– si des travaux de réparation ont été effectués sur la boîte (par exemple remplacement / réglage d’embrayages ou remplacement de pièces concernant le pilotage et l’actionnement des embrayages)
– après remplacement de la boîte
– en cas de remplacement de l’ATF
– en cas d’échange de la mécatronique
– après une mise à jour logicielle
– éventuellement après des réparations sur le moteur (par ex. remplacement dudébitmètre d’air massique)

*Nota
Sur les véhicules antérieurs au millésime 05 (inclus) il n’est pas possible de lire ni d’effacer les valeurs d’adaptation. Pour pouvoir au moins, dans ces cas, effacer les valeurs d’adaptation, il faut procéder à une mise à jour logicielle du calculateur de boîte. Si aucune version logicielle plus récente n’est disponible, contactez le
Suivi Produits (info Diss). Si vous ne pouvez pas non plus obtenir de logiciel adapté par ce biais, il faut remplacer la mécatronique. Dans le cas d’une mécatronique neuve, les valeurs d’adaptation sont systématiquement effacées.
Les valeurs d’adaptation sont mémorisées dans une mémoire permanente. Les valeurs d’adaptation ne sont pas effacées lors d’une coupure de l’alimentation électrique du calculateur de boîte.

Lecture des valeurs d’adaptation:

Il existe deux possibilités de lecture des valeurs d’adaptation :
1 Via les « fonctions assistées / l’assistant de dépannage » ; sous « sélection d’une fonction ou d’un composant » – «J217 Calculateur de boîte automatique, fonctions » – sélectionnez « Parcours d’adaptation ».
2 Dans l’« autodiagnostic du véhicule »


demarche.png

Description succincte des fonctions a), b), c) et d) :

La fonction a)  renferme le déroulement assisté automatique, de la lecture des valeurs d’adaptation à l’adaptation complète de la boîte.
Les fonctions suivantes sont exécutées :
– Les anciennes valeurs d’adaptation sont mémorisées dans le protocole de diagnostic
– Les valeurs d’adaptation sont effacées
Cela est suivi par des instructions de conduite permettant de procéder, étape par étape, à un parcours d’adaptation complet. L’objectif de ces instructions est de réaliser les états de conduite répondant aux conditions d’adaptation.

Dans certains cas, le même état de conduite sera réitéré.
Dès que le taux de répétition maximal est atteint ou que l’embrayage considéré est adapté, il y a passage à l’étape suivante du programme. En vue du contrôle du résultat, les valeurs d’adaptation sont affichées et documentées après chaque étape du programme. Si, une fois
toutes les étapes du programme effectuées, il y a encore des embrayages qui n’ont pas été adaptés au moins une fois, l’étape du programme peut encore être répétée pour l’embrayage considéré. En fin de programme, chaque adaptation d’embrayage doit avoir été effectuée au moins une fois. Il faut ensuite contrôler la qualité de passage des rapports de la boîte.
La fonction b)  sert à l’adaptation ciblée d’un embrayage donné sans effacer les anciennes valeurs d’adaptation. Cette fonction est intéressante si une commutation (dure) nettement perceptible peut être référencée à un embrayage insuffisamment adapté. Pour cela, on analyse les valeurs d’adaptation (et avant tout l’état du compteur d’adaptation) et l’on recherche dans la logique de commande de boîte quels sont les éléments de
commutation concernés par la commutation perceptible.
Dans la fonction c)  il est possible d’évaluer les valeurs d’adaptation du préremplissage.
La fonction d)  permet d’effacer les valeurs d’adaptation. Les anciennes valeurs d’adaptation ne sont alors pas consignées !


Lecture des valeurs d’adaptation dans l’autodiagnostic des boîtes 09E, 09L, 0AT et 0BQ
Les valeurs d’adaptation du préremplissage sont affichées dans les blocs de valeurs de mesure (BVM) 73 à 77.


affichage.png

Logique de commande de boîte 09E, 09L, 0AT, 0B6 et 0BQ:
La logique de commande de boîte indique quels éléments de commutation participent ou ne participent pas dans les rapports ou commutations considérés.

Lecture des valeurs d’adaptation dans l’autodiagnostic de la boîte 0B6:
Sur la boîte 0B6, il est fait appel à un nouveau protocole de données et de diagnostic. Les anciens blocs de valeurs de mesure et numérotations sont supprimés. Les valeurs de mesure individuelles sont maintenant présentées sous forme de listes en texte clair classées par ordre alphabétique. Il est possible de procéder à la sélection ciblée des valeurs de mesure requises.
Les valeurs d’adaptation sont désignées par « Analyse ». La liste suivante renseigne sur l’affectation des différentes valeurs d’adaptation

diagnostic.png

diagnostic-2.png


Exemple d’application de la logique de commande de boîte :
Un client se plaint qu’une rétrogradation est inconfortable.Lors du parcours d’essai, vous constatez qu’il s’agit de
la rétrogradation de 3e en 2e en traction. Vous pouvez voir dans le tableau de la logique de commande de boîte
que, lors de la rétrogradation de 3e en 2e, l’embrayage B s’ouvre et que le frein C se ferme (passage à recouvrement partiel). Vous évaluez alors les valeurs d’adaptationdes deux éléments de commutation B et C. La raison
pourrait en être une adaptation insuffisante du frein C (reconnaissable à un faible nombre d’adaptations effectuées (indication du compteur)). Cf. page suivante.
Nota : en règle générale, la cause est due à l’enclenchement de l’embrayage/du frein.
Reprenons notre exemple. Vous devez maintenant, par effacement des valeurs d’adaptation et en effectuant un
parcours d’adaptation consécutif, procéder à une nouvelle adaptation des éléments de commutation. Cela peut
permettre d’éliminer la cause de la réclamation. Une autre possibilité consiste à effectuer un parcours d’adaptation ciblé pour l’élément de commutation incriminé (sans effacer les valeurs d’adaptation).



Interprétation der valeurs d’adaptation:

Lors de l’évaluation des valeurs d’adaptation, il convient de considérer tout particulièrement le nombre de cycles d’adaptation (indication du compteur). Une indication du compteur égale à 0 ou un faible nombre peuvent être l’indice d’une adaptation insuffisante de l’embrayage considéré.
Si par exemple un embrayage n’est pas suffisamment adapté et si cela concerne un embrayage participant au passage des rapports objet de la réclamation (cf. Logique de commande de boîte), il est très probable que la raison de la réclamation tienne à une adaptation insuffisante de l’embrayage incriminé.
La raison d’une adaptation insuffisante tient généralement au profil de conduite du conducteur. Si le style de conduite du conducteur est très axé sur la performance, ou si le profil de conduite est très défavorable en raison de facteurs externes, il ne se produit pas ou rarement d’adaptation car les conditions d’adaptation ne sont pas respectées.
Les conditions défavorables en question peuvent être :
– terrain montagneux (pratiquement pas de route sans déclivité)
– conduite constante dans les embouteillages (bouchons)

Seuils d’adaptation:

Des valeurs d’adaptation sont indiquées à titre d’exemple dans le tableau. On ne peut pas donner d’indications générales sur les seuils d’adaptation étant donné que ces dernierspeuvent fortement différer en fonction de la version de boîte (lettres-repères de boîte différentes)

Des dépassements des seuils d’adaptation peuvent avoir des répercussions négatives sur la qualité de passage des
rapports. Tant que la qualité de passage des rapports ne fait pas l’objet de réclamations, il ne faut procéder à aucune
activité. D’autre part, des valeurs d’adaptation élevées peuvent être tout à fait normales sur certaines versions de boîte.

En cas de doute et en cas d’écarts importants, le mieux est de consulter un spécialiste.Dans un tel cas, adressez  vous au Suivi Produit en indiquant les caractéristiques détaillées de la boîte.
Les origines de valeurs d’adaptation non conformes peuvent être les suivantes :
– Usure importante des éléments de commutation (i)
– Fuites dans l’élément de commutationou le circuit d’alimentation (i)
– Composants mécaniques de l’élément de commutation défectueux ou incorrectement montés (i)
– ATF encrassé, usé ou ATF impropre dans la boîte (t)
– Valeurs d’adaptation frôlant les seuils (souvent pour des raisons inconnues) (i)
– Erreur au niveau du logiciel, du matériel ou de l’application (i)
(i) = ne concerne que des embrayages individuels
(t) = peut concerner tous les embrayages ou plusieurs d’entre eux

Effacement des valeurs d’adaptation dans l’autodiagnostic des boîtes 09E, 09L, 0AT et 0BQ:

Normalement, les valeurs d’adaptation s’effacent à l’aide des « fonctions assistées / assistant de dépannage ».
En cas d’indisponibilité pour une raison quelconque, il est possible de procéder comme suit.

diagnostic-3.png

Effacement des valeurs d’adaptation dans l’autodiagnostic  de la boîte 0B6:

En raison du nouveau protocole de données et de diagnostic, la méthode d’effacement des valeurs d’adaptation de la boîte 0B6 est telle que décrite ci-après.
Normalement, les valeurs d’adaptation s’effacent à l’aide des « fonctions assistées / assistant de dépannage ». En cas d’indisponibilité pour une raison quelconque, il est possible de procéder comme suit.

diagnostic4.png

Procédure d’adaptation:

Les modes d’adaptation suivants s’appliquent :
– adaptation au passage du rapport (durant les passages au rapport supérieur ou les rétrogradations)
– Adaptation durant le glissement (àl’arrêt, au régime de ralenti)
– Adaptation impulsionnelle (en dehors du passage de rapports)

L’adaptation au passage du rapport ...
... se base sur l’observation de la variation du régime d’entrée de boîte (gradient de régime) durant la commutation.
Exemple :
Dans le cas d’un passage de rapport trop dur (passage inconfortable) le régime chute trop rapidement (forte pente du gradient de régime).
L’adaptation le détecte à l’appui du gradient de régime et réduit lors du passage derapport suivant la pression d’embrayage d’une valeur définie (valeur d’adaptation).
Cette procédure d’adaptation est essentiellement effectuée dans le cas de l’adaptation rapide.


courbe-adaptation.jpg


L’adaptation durant le glissement ...
... est, pour des raisons techniques, uniquement utilisée pour l’embrayage D.

Lorsque les conditions d’adaptation sont remplies, l’embrayage D est ouvert jusqu’à un glissement défini de l’embrayage, puis refermé. Le glissement de l’embrayage est défini avec précision via le régime de turbine (n_t) par le transmetteur de régime d’entrée de boîte de vitesses G182.

Le courant de commande, la pression de l’embrayage et le couple d’embrayage présentent alors un rapport défini et servent au calcul de la valeur d’adaptation.

Conditions d’adaptation pour l’adaptation durant le glissement de l’embrayage D :
– Température d’ATF comprise entre 75°C et 100°C
– Ralenti du moteur
– Rapport D
– Frein actionné
– Arrêt du véhicule (aucune vitesse détectée pendant > 6 secondes)
– Aucun défaut mémorisé dans la mémoire de défauts

courbe-adaptation-2.jpg


L’adaptation impulsionnelle ...
... est une procédure d’adaptation moderne offrant une très grande précision, comme cela est requis pour une excellente qualité de passage des rapports

Lors de l’adaptation impulsionnelle, il est procédé à une adaptation d’éléments de commutation, qui ne participent momentanément pas à la chaîne cinématique(qui ne sont pas activés). Cela s’effectue durant un état de roulage défini (cf. tableau). Si les conditions d’adaptation pour l’adaptation impulsionnelle sont remplies, l’élément de commutation à adapter considéré est piloté selon des impulsions (rythmiquement) à une
pression momentanée constante et durant un temps de remplissage rapide assez long jusqu’à ce qu’un faible couple soit transmis

Il se produit alors dans la boîte une légère tension, qui est détectée via le régime de turbine et le régime de sortie. Le courant de commande, la pression de l’embrayage et le couple d’embrayage présentent alors un rapport défini et servent au calcul de la valeur d’adaptation

adaptation2.jpg

* Nota
Toutes les adaptations se déroulent en arrière-planet ne sont normalement pas perçues par le conducteur. Il est toutefois possible, dans des cas particuliers, que des conducteurs attentionnés remarquent de légères irrégularités et s’en plaignent.
En règle générale, la réclamation est à peine constatable, se manifeste rarement et les répercussions sur le confort de conduite sont minimes.

Exemple :
synoptique de la procédure d’adaptation

La procédure d’adaptation etles conditions d’adaptation sont définies spécifiquement pour pratiquement chaque version de boîte. Le tableau sert uniquement à illustrer la complexité du sujet. Lors d’un parcours d’adaptation assisté et lors de l’adaptation ciblée des différents embrayages, les instructions de conduite ont été sélectionnées de façon à couvrir la majeure partie des conditions d’adaptation. Dans des cas particuliers,
il est malgré tout possible qu’en dépit d’un parcours d’adaptation exhaustif, un élément de commutation ne soit pas adapté.
Vérifiez dans ce cas les « conditions marginales générales », telles que : dispose-t-on d’un bon revêtement de la chaussée, le contacteur de feux stop fonctionne-t-il, des défauts sont-ils mémorisés dans le calculateur de boîte, ...?

Tableau - Procédure d’adaptation - conditions d’adaptation **

exemple-adaptation.png

Adaptation rapide – Adaptation au démarrage:

Afin d’obtenir un apprentissage aussi rapide que possible, il est procédé, sur les embrayages B, C et E à de premières adaptation de la pression de remplissage via l’adaptation au passage durapport. On parle alors d’adaptation rapide ou d’adaptation au démarrage.
Pour ces premières adaptations, il suffit qu’une température d’ATF d’env. 40°C soit atteinte. Les autres conditions d’adaptation ne sont pas non plus définies aussi sévèrement.
L’adaptation rapide fournit des résultats d’adaptation rapides, mais la précision n’est pas suffisante pour les exigences élevées de confort de passage des rapports.
Il s’agit uniquement d’amener rapidement la boîte à un état offrant une qualité de passage des rapports acceptable par une adaptation approximative

Après quelques adaptations rapides, les embrayages sont adaptés avec une plus grande précision par adaptation impulsionnelle.
L’adaptation rapide a été mise en oeuvre pour la première fois sur la boîte 09L à partir du millésime 06, où elle ne concernait que l’embrayage C. Un peu plus tard, l’adaptation rapide a également été appliquée à la boîte 09E.
À compter du millésime 07 (SOP semaine 22/06), les embrayages B et E sont eux aussi, dans un premier temps, adaptés par adaptationrapide avant l’activation de l’adaptation impulsionnelle.

Conditions d’adaptation pour l’adaptation rapide :
Embrayage C
– Température d’ATF > 40°C
– Durant le passage du rapport 1>2
– Couple moteur 60 Nm – 100 Nm  (légère accélération)
– Régime de turbine jusqu’à env. 2100 tr/min
– Rapport D
Embrayage B
– Température d’ATF > 40°C
– Durant le passage du rapport 2>3
– Couple moteur 80 Nm – 120 Nm (légère accélération)
– Régime de turbine jusqu’à env. 2100 tr/min
– Rapport D
Embrayage E
Comme l’embrayage B, mais durant le passage du rapport 3>4
L’adaptation rapide est effectuée parallèlement aux autres adaptations. Cela revient à dire que l’adaptation considérée débute dès que l’une des conditions d’adaptation est remplie

Cycles d’adaptation :

L’adaptation est un processus continu et constamment actif.Il existe toutefois certaines différences entre les différentes procédures d’adaptation.
–L’adaptation durant le glissementse comporte de manière similaire à l’adaptation impulsionnelle.
– Dans le cas de l’adaptation rapide, il est procédé initialement à quatre adaptations maximum durant un passage de rapport, dans des conditions d’adaptation moins sévères. L’adaptation suivante est réalisée par l’adaptation impulsionnelle.
L’adaptation durant le glissement et l’adaptation rapide possèdent également, pour chaque embrayage, leurs propres compteurs de passage des rapports et d’adaptations.
– L’adaptation durant le passage d’un rapport (adaptation au passage du rapport) est constamment active, à l’exception de la phase d’adaptation rapide.
–L’adaptation impulsionnellepossède pour chaque embrayage un compteur de passages des rapports et d’adaptations. Au moyen d’une caractéristique de fréquence, la fréquence d’adaptation est réduite en fonction de la fréquence de passage des rapports. Cela signifie qu’au début de l’adaptation, il y toujours tentative d’adaptation lorsque les conditions d’adaptation sont remplies. Au bout de plusieurs adaptations effectuées avec succès,
l’adaptation n’a plus lieu que selon une périodicité donnée, en fonction de la caractéristique de fréquence. Cette périodicité augmente avec le kilométrage. Dans le cas de kilométrages élevés, il peut y avoir plusieurs milliers de passages de rapports entre les différents cycles d’adaptation, avant qu’une nouvelle adaptation n’ait lieu.

Exemple pratique :
À un kilométrage de 100 000 km, le joint du carter d’ATF est remplacé et il est procédé à une vidange de l’ATF.
Avec le nouvel ATF, le coefficient de frottement des embrayages est modifié, ce qui se répercute sur le passage des rapports. L’adaptation a adapté la commande des embrayages aux conditions de friction de l’ancien ATF. En raison du kilométrage important, les cycles d’adaptation sont déjà très écartés.
La boîte ne peut pas s’adapter dans un intervalle acceptable à l’ATF neuf. Cela se manifeste par une mauvaise
qualité de passage des rapports et réduit la longévité des embrayages. Il faut alors effacer les valeurs d’adaptation et procéder à un parcours d’adaptation

Le parcours d’adaptation:

En vue d’avoir une vue d’ensemble des instructions du parcours d’adaptation, vous trouverez ci-après un récapitulatif du parcours d’adaptation extrait du « dépannage assisté / fonctions assistées ». Recherchez un trajet vous permettant de respecter les profils de conduite requis.

Il est conseillé de toujours effectuer un parcours d’adaptation complet avant de passer à l’adaptation des embrayages individuels. C’est en règle générale la méthode la plus rapide pouradapter la boîte. L’étape d’adaptation est interrompue (terminée) dès que l’embrayage considéré été adapté au moins une fois ou que le taux de répétition maximal est atteint.

*Nota
Veillez au bon état de la chaussée. En cas d’importantes irrégularités, l’adaptation n’a pas lieu ou une adaptation en cours est interrompue.

Fin du parcours d’adaptation :
L’appréciation de la qualité du passage des rapports est obligatoire. Contrôlez et évaluez la qualité de passage des rapports à l’arrêt et durant la marche pour tous les rapports. Si besoin est, vousavez la possibilité, grâce à l’option « Adaptation ciblée d’embrayages individuels », de procéder à une nouvelle adaptation individuelle de l’embrayage/des embrayages considéré(s)

Vous pouvez également utiliser cette option si des embrayages n’ont pas encore été adaptés.
Il ne faut jamais remettre au client un véhicule sur lequel un ou plusieurs embrayages ne sont pas adaptés

phases.png


Forum-audi.com

Hors Ligne

Annonce



Sujets similaires

Discussion Réponses Vues Dernier message
1 73 09-11-2017 09:57:13 par Audi-Tech
4 166 15-10-2017 08:42:36 par Mezion
Boite de vitesses hs par Tararoth
4 229 25-09-2017 09:42:05 par Audi-Tech
8 489 22-09-2017 11:33:32 par Audi-Tech
5 190 26-08-2017 21:25:43 par Audi-Tech

Pied de page des forums


Les liens utiles

Pièces Auto

Audi France

Sites généralistes

Pneumatiques & Suspensions